témoignage d’Emmanuelle : l’anorexie, entre mensonge, peur et refus

Voici le témoignage de Emmanuelle.

 

En bilan, on peut retenir que :

-c’est une maladie du mensonge : on ment aux autres ET on se ment à soi même

-il peut y avoir un refus/peur de vivre une sexualité “normale”

-il y a parfois une peur de plaire aux autres car on ne sait pas comment réagir en cas de “succès”

-il serait bien de cesser d’accuser les mères. L’immense majorité des mères n’a qu’une seule envie : le bien être, la santé  et le bonheur de son/ses enfant(s)!

-des recommandations médicales sont parfois inadaptées et peuvent conduire à un TCA si la personne qui reçoit la recommandation est sensible, manque d’estime d’elle même, et/ou attache trop d’importance au regard/jugement d’autrui

-il est fondamental d’être pro actif dans sa thérapie ; si elle est subie, elle ne donne pas ou peu  de résultats ; comme dans toute addiction, il faut vouloir arrêter et être acteur de sa guérison

-l’augmentation de l’anorexie mentale dans nos sociétés occidentalisées provient aussi d’un mensonge collectif et sociétal, notamment au travers de la publicité  : les photos sont trafiquées pour voir des filles plus maigres, sans imperfections cutanées ; les photos sont retouchées dans les moindres détails pour évoquer la perfection et faire vendre ; mais qui dans ce monde est parfait? PERSONNE…

 

 

Merci de laisser vos commentaires au sujet de ce témoignage.

 

 

Partager l'article
  •  
  •  
  •  
  •  

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.