Bibliographie

Dans cet article, je vous expose une liste importante, non exhaustive de livres, ouvrages et thèses portant sur l’anorexie et les troubles du comportement alimentaire (TCA), et quelques références sur la dépression également qui est parfois voire souvent associée aux TCA. Cette liste est régulièrement mise à jour et sera complétée avec des liens vers des articles et vidéos.

LIVRES

Livres Témoignages

Anorexie, 10 ans de chaos, par Barbara Leblanc, éditions Volume

Légère comme un papillon, Michaela Marzano, éditions Bernard Grasset ou éditions le livre de poche

Jamais assez maigre, de Victoire Maçon Dauxerre, éditions Les arènes. J’en parle dans cet article.

Faim de vie, de Mélina Hoffman, Michalon Editeur

Lettres à l’absente, de Patrick Poivre d’Arvor, éditions Albin Michel

Elle n’était pas d’ici, de Patrick Poivre d’Arvor, éditions Albin Michel

Biographie de la faim, de Amélie Nothomb, éditions Livre de poche. J’en parle dans cet article, ici.

Je reviens d’une anorexie, de Thomas Pouteau, éditions frison Roche

Jours sans faim, Delphine de Vigan, éditions J’ai lu. Ecoutez un extrait en cliquant ici.

Rien ne s’oppose à la nuit, Delphine de Vigan, éditions Lattes ou éditions le livre de poche

Le pavillon des enfants fous de Valérie Valère, éditions le livre de poche

Les mots avalés de Catherine Wilkening, éditions Michel Lafon

Enfin libre grâce au baclofène : comment j’ai mis fin à des années de boulimie, de Agnès Renaud

L’anorexie-boulimie, mon combat de tous les jours de Noémie Eneman, éditions Edilivre

Quand je me suis arrêtée de manger, 10 ans d’errance entre anorexie-boulimie, de Léa Mauclère

L’anorexie-boulimie, mon combat de tous les jours de Noémie Eneman, éditions Edilivre

La faim du petit poids– Chroniques anorexiques de Alexia Savey

Journal d’une anorexique boulimique : le combat d’un ange de Cindy C, éditions l’Harmattan

Voyage au bord du vide, récit d’une renaissance, de Caroline Valentiny, éditions Desclée de Brouwer

Journal B boulimie anorexie, même combat de Mehlin Valérie, éditions société des écrivains

Voyage jusqu’au bout de la vie, comment j’ai vaincu l’anorexie, de Nicole Desportes, éditions Odile Jacob

Je m’aime donc je vis, c’est quoi l’anorexie? de Vanessa et le Dr Alain Meunier, éditions petite bibliothèque Payot. J’en parle dans mon article : livre témoignage, je m’aime donc je vis

Journal d’une ingénieur anorexique de Marine Viala

Livres orientés sur les mécanismes et la thérapeutique

Suis-je anorexique ? de Alice Thorès, format Kindle

Comprendre l’anorexie, par Vincent Dodin et Marie lyse Testart, éditions Seuil

Anorexie Boulimie, les paradoxes de l’adolescence, Philippe Jeammet, éditions Pluriel

100 idées pour se sortir d’un trouble du comportement alimentaire, Daniel Rigaud, éditions Tom Pousse

Devenir anorexique, une approche sociologique, Muriel Darmon, éditions La découverte

Les troubles du comportement alimentaire : de la naissance à l’adolescence, Laëtitia Sirolli, éditions Eyrolles pratiques

L’anorexie mentale, une déraison philosophique, Bernard Vialettes, éditions L’Harmattan

Rapport fait au nom de la commission des affaires culturelles, familiales et sociales sur la proposition de loi n°781, visant à combattre l’incitation à l’anorexie, Valérie Boyer, 9 avril 2008

Guérir l’anorexie et la boulimie par la méthode Montreux, de Peggy Claude Pierre, éditions PLON

Faire face à la boulimie : une démarche efficace pour guérir, de Alain Perroud, éditions Retz

Faire face à l’anorexie, de Alain Perroud, éditions Retz

Comment sortir de la boulimie, de François Nef et Yves Simon, éditions Odile Jacob

Comment sortir de l’anorexie et retrouver le plaisir de vivre, de François Nef et Yves Simon, éditions Odile Jacob

Boulimie et hyperphagie : s’en sortir avec le développement personnel, de Agnès Faivre

Enfin libre grâce au baclofène : comment j’ai mis fin à des années de boulimie, de Agnès Renaud

Cessez de manger vos émotions, brisez le cycle de la compulsion alimentaire de Isabelle Huot et Catherine Senécal, éditions First

Boulimie Anorexie Guide de survie pour vous et pour vos proches, de Catherine Hervais

La boulimie, un suicide qui ne dit pas son nom, de Barbara Schasseur

Anorexie Boulimie : je m’en sors de Corinne Dubel et Pascale Zrihen, éditions du dauphin

Anorexie, boulimie, nouveaux concepts, nouvelles approches, de Sophie Criquillon et Catherine Doyen

En finir avec toutes les addictions, de Sarah Nacass

L’orthorexie : quand manger sain devient obsessionnel, de Renee Mc Gregor, éditions Dunod. J’en parle dans cet article, cliquez ici.

Dites non à l’alimentation de consolation : apprenez à gérer vos émotions pour vous libérer de la faim émotionnelle de Roger Gould et Sabine Rolland

On n’est jamais mieux soigné que par soi même, Dr Frédéric Saldmann

Je mange mes émotions : comment gérer mes émotions autrement ? de Clara Valentine Pauchet et Benoit Monié

Les troubles des conduites alimentaires, anorexie, boulimie et obésité, de JL Pedinielli, Anne Ferran, et Al, éditions Armand Colin

Savoir traiter la boulimie avec les TCC de Alain Perroud, éditions Retz

Anorexie et boulimie : approche dialectique de Jérôme Carraz, éditions Masson

Les manuels d’hypnose et de thérapie brève : la boulimie de Jérôme Boutillier

Comprendre et soigner la boulimie de Colette Combe, éditions Dunod

Anorexie et boulimie, comprendre et aider votre enfant, de Gérard Tixier et Clotilde Tourte, éditions Odile Jacob

Anorexie, boulimie, pourquoi ? de Margo Maine

Anorexie, boulimie. En faim de conte, de Vincent Dodin et Marie Lyse Testart

Boulimie- anorexie : un énorme quiproquo psychoaffectif de Salomon Sellam

Comment aider votre fille à sortir de l’anorexie, de Yves Simon, éditions Odile Jacob

Psychopathologie de l’anorexie mentale, de Bernard Brusset, éditions Dunod

Anorexie, boulimie : vous pouvez aider votre enfant de Catherine Doyen et Solange Cook Darzens, Interéditions

Le mystère de l’anorexie, de Dr Xavier Pommereau et Jean Philippe de Tonnac, éditions Albin Michel

Anorexie et boulimie. Comprendre pour agir de Dr Guy Pomerleau et Coll, éditeur Gaëtan Morin

Histoires sans faim : troubles du comportement alimentaire : anorexie, boulimie de Jacques Maillet

Anorexie, boulimie, obésité : un exposé pour comprendre, un essai pour réfléchir de Gérard Apfeldorfer, éditions Dominos Flammarion

Les troubles du comportement alimentaire, de Claire Lamas et coll

Les troubles du comportement alimentaire : prévention et accompagnement thérapeutique, de Rébecca Shankland, éditions Dunod

Les corps malmenés : anorexie, boulimie, obésité, de Pierre Peuteuil, éditions Armand Colin

Le corps insoumis : psychopathologie des troubles des conduites alimentaires, de Maurice Corcos, éditions Dunod

Le corps absent : approche psychosomatique des troubles des conduites alimentaires, de Maurice Corcos, éditions Dunod

La terreur d’exister : fonctionnements limites à l’adolescence, de Maurice Corcos, éditions Dunod

Le silence des émotions, de Solange Carton et coll, éditions Dunod

Déjouer les troubles alimentaires : obésité, anorexie, boulimie de Karin Bernfeld, éditions Librio

Anorexie et boulimie : surmonter un problème alimentaire de Barbara Moe, éditions logiques

La boulimie : mieux se connaître pour mieux en guérir de Christiane Bastin et Denise de Castilla, éditions Robert Laffont

Anorexie et Boulimie, le temps suspendu, de Luigi Onnis, éditions De Boeck

Anorexie-boulimie : idées reçues sur les troubles du comportement alimentaire de Jacques Maillet, éditions Le cavalier bleu

Soigner l’anorexie et la boulimie : des psychanalystes à l’hôpital de Philippe Jeammet, éditions PUF

Tout savoir sur l’anorexie et la boulimie, pour aider les parents à soutenir leurs enfants, des réponses concrètes pour s’en sortir, de Alain Perroud, éditions Favre

Anorexie et boulimie de Sabine Mucha

Anorexie et boulimie : une clinique de l’extrême (carrefour des psychothérapies) de André Passelecq, éditions De Boeck

L’anorexie mentale : déni et réalités, de Maurice Corcos, éditions DOIN

Anorexies et boulimies à l’adolescence de Patrick Alvin, éditions Doin

Anorexie, boulimie et autres troubles du comportement alimentaire de Daniel Rigaud, éditions Les essentiels Milan

Anorexie, boulimie : explications et conseils pour mieux vivre le quotidien, de Corinne Dubel et Pascal Zrihen, éditions du dauphin

Vivre et communiquer avec un proche boulimique-anorexique, de Catherine Hervais, éditions Dunod

Stop au contrôle, et si votre relation à la nourriture permettait de mieux vous connaître? de Lise Bourbeau, Editions Pocket

Les 5 blessures qui empêchent d’être soi-même, de Lise Bourbeau, éditions Pocket

L’alimentation des p’tits loups, du Dr Laurent Chevallier, éditions j’ai lu

La confiance en soi de votre enfant, de Gisèle Georges, éditions Odile Jacob

Le harcèlement scolaire, de Emmanuelle Piquet, éditions Pocket

Ping, deux fables sur le changement et le dépassement de soi, de Stuart Avery Gold, éditions Marabout

L’enfant déprimé, de Paul Messerschmitt et Danièle Legrain, éditions Fayard

Anorexie, paroles de parents, parcours de soins, de Julie Montal, éditions empreinte temps présent

Aidez votre enfant à surmonter la tristesse et la dépression, de Sara Hamil, éditions Broquet

Méditer, 108 leçons de pleine conscience, de Jon Kabat-Zinn, éditions Marabout

Aidez vos proches à surmonter l’anorexie, de Catherine Calippe sous la direction du Pr Palazzolo, éditions hachette pratique

50 exercices pour sortir de l’anorexie, de Solange Cook et Dr Catherine Doyen, éditions Odile Jacob

La psychologie pour les nuls, du Dr Adam Cash, First Editions

L’estime de soi, s’aimer pour mieux vivre avec les autres, de Christophe André et François Lelord, éditions Odile Jacob

La dépression, comment s’en sortir, du Dr Christine Mirabel-Sarron, éditions Odile Jacob

Le drame de l’enfant doué, de Alice Miller, éditions PUF

Anorexie, addictions et fragilités narcissiques, de Joyce Mcdougall et coll, éditions PUF

Anorexia, enquête sur l’expérience de la faim, de jean Philippe de Tonnac

L’enfant anorexique, comprendre et agir, du Dr Marie-France Le Heuzey, éditions Odile Jacob

Vaincre l’anorexie mentale de Johan Vanderlinden, éditions De Boeck

Faire face à la dépression, une démarche efficace pour guérir, du Dr Charly Cungi et Dr Ivan Druon Note, éditions Retz

L’intestin au secours du cerveau, du Dr David Perlmutter, éditions poche marabout

Le charme discret de l’intestin, tout sur un organe mal aimé, de Guilia Enders, éditions Acte Sud

Jalousies et rivalités entre frères et soeurs, de Adele Faber et Elaine Mazlish, éditions Stock

Parler pour que les enfants écoutent, écouter pour que les enfants parlent, de Adele Faber et Elaine Mazlish, éditions Phare, dont vous retrouverez le résumé ici.

La spirale dynamique, de Fabien Chabreuil et Patricia Chabreuil, interéditions

Ne sois pas triste mon enfant, du Dr Stéphane Clerget, éditions réponses Robert Laffont

A fleur de peau, de Saverio Tomasella

Comment je suis devenue chamane, de Claire Marie

THESES :

Modalités de prise en charge de l’anorexie restrictive pure : enquête rétrospective auprès de 545 médecins généralistes exerçant en cabinet de ville dans le bassin lillois, présentée par Marc DOUCET, 16 février 2011

Anorexie mentale prépubère et familles : approches génétique et environnementale. Une étude observationnelle auprès d’une cohorte de 17 patientes et de leurs parents, présentée par Béatrice Safrano-Adenet, le 16 mai 2014

Le devenir de l’anorexie mentale de l’adolescence : à propose de 144 cas. Suivi de l’expérience nancéienne. présentée par Solen Kermarecc, le 21 mars 2005

Le rôle du pharmacien d’officine face à l’anorexie mentale : Dépistage, prévention, orientation, prise en charge ; présentée par Diane Rimbert le 18 décembre 2012

Les spécialités cognitives de l’anorexie mentale, présentée par Amandine Turcq, le 30 septembre 2016

Anorexie mentale de l’adolescente et troubles de la personnalité : résultats préliminaires d’une étude observationnelle prospective, présentée par Marc Henry le 21 mars 2016

L’anorexie mentale : physiopathologie, diagnostic et prise en charge, présentée par Bétina Rouzé le 13 juin 2017

Difficultés socio-affectives dans l’anorexie mentale : impact sur la sévérité et comparaison avec le syndrome d’Asperger, présentée par Annaïg Courty le 23 septembre 2013

Les troubles du comportement alimentaire chez les adolescents suicidants, présenté par Kim Xuan Nguyen le 12 juin 2013

Facteurs de mauvais pronostic chez les patientes hospitalisées pour des troubles des conduites alimentaires. Rupture du contrat thérapeutique et mortalité. présentée par Caroline Huas, le 6 décembre 2010

Cet article peut aider des personnes atteintes de troubles du comportement alimentaire, les proches de ces personnes, les aidants et le personnel de santé impliqué dans la prise en charge de ces troubles : merci de le partager💖

Pour ne manquer aucun article du blog, je vous invite à vous abonner gratuitement en me laissant votre adresse email ! A bientôt :-))

ARThérapie -Atelier Fleur de Vie

Dans la prise en charge des troubles du comportement alimentaire, un axe thérapeutique reconnu et ayant prouvé son efficacité est la pratique de l’art-thérapie.

L’art-thérapie est proposée dans les hôpitaux, parfois même en hôpital de jour (j’en parle ici dans l’article de synthèse du reportage “chère anorexie“), dans les associations, dans certains blogs, chez les psychologues et de nombreux autres professionnels de santé (ateliers manuels et créatifs chez les psychomotriciens…). Si cela peut aider certaines personnes, alors pourquoi s’en priver?

La thérapie par l’art est une thérapie qui utilise comme outil l’art sous différentes formes : dessin, peinture, sculpture, poterie, mosaïque, danse, musique, etc. Toutefois, la visée thérapeutique est plus importante que la visée artistique. En effet, grâce au travail artistique, c’est en réalité un travail sur la vie intérieure qui est mené : imaginations, pensées, intuitions, émotions …

L’art thérapie contribue à harmoniser son corps physique, émotionnel et spirituel et possède ainsi de nombreux champs d’applications (prise en charge de cancers, de pathologies psychiatriques, de délinquants, de personnes âgées, d’enfants…). Selon l’OMS, l’art joue un rôle majeur dans la prévention de problèmes de santé, mais aussi dans la promotion de la santé et la prise en charge et du traitements de maladies tout au long de la vie.

Grâce à l’art-thérapie, le sujet ayant des difficultés à verbaliser ses émotions par des mots, pourra ainsi décharger ses émotions sous cette forme ce qui aura un effet cathartique (= permettant de se libérer des émotions et ainsi limiter leur refoulement dans le corps ce qui aurait pour effet une somatisation).

L’art-thérapie apporte ainsi de nombreux bienfaits :

– bien-être

– éveil de la créativité

– gestion des émotions

– lâcher prise

– réduction de l’anxiété

– gestion du stress

– affirmation de soi

– liberté et autonomie…

Voici donc l’atelier que je vous propose : colorier sa fleur de vie

Pour pouvez télécharger gratuitement le modèle en cliquant sur le lien ci dessous :

Et voici ma fleur de vie ; attention aucun résultat n’est attendu : juste le plaisir de faire, d’observer les couleurs, la géométrie, l’harmonie. Voyez qu’elle est tout à fait imparfaite (une petite tâche d’eau a fait bavé la couleur) et c’est bien ainsi : en effet les personnes souffrant de TCA recherchent souvent la perfection, ce qui n’existe pas !! A vos crayons. Prenez soin de vous.

Enfin, si vous le souhaitez, vous pouvez plastifier ce dessin et installer cette fleur de vie sous votre carafe d’eau : la Fleur de Vie est l’un des symboles les plus complet dans sa diversité d’action. Elle régénère, rééquilibre, harmonise, dynamise et protège. La Fleur de Vie crée des changements positifs dans la structure des molécules d’eau en lui donnant des informations sur la Vie. L’eau redevient alors vivante et retrouve une saveur fraîche, agréable et naturelle (comme l’eau de source).

Ecrit avec Amour pour desanorexie.com

Sauce du carré des simples par Irène Grosjean

Qui n’aime pas la sauce? En voici une toute simple, et carré-ment excellente! Alors n’hésitez plus !

Ingrédients

un œuf

6 gousses d’ail

un gros oignon

un très gros bouquet de persil

une branche de menthe

un brin de marjolaine

un brin de basilic

un brin d’estragon

un brin de coriandre

le jus d’un citron

sel

huile végétale (olive, colza..)

Recette

Dans le bocal d’un mixeur, mettez un oeuf entier préalablement sorti du réfrigérateur pour qu’il soit à température ambiante

Puis ajoutez l’ensemble des ingrédients énoncés ci dessus (en conservant les trois derniers pour l’étape suivante) ; tous les ingrédients doivent être à température ambiante pour la sauce prenne.

Enfin, mixez cette préparation qui doit devenir verdâtre et onctueuse, et ajouter doucement en continuant de mixer l’huile de votre choix et le jus de citron.

Cette sauce peut se conserver quelques jours dans une boîte fermée au réfrigérateur.

Souvenez- vous : une alimentation saine et décomplexée est un des piliers de votre santé ! Bonne dégustation !

Ma recette “plaisir couleur” : le Chou fleur entier rôti au four

Afin de vaincre les troubles du comportement alimentaire, dont l’anorexie, un axe thérapeutique consiste à cuisiner des plats sollicitant de nombreux sens (odorat, vision, toucher, et bien sur goût). Parce que cuisiner maison, en limitant voire en éliminant les plats transformés, conduit probablement sur le bon chemin, celui de la guérison!

Les personnalités (ayant été atteintes de troubles du comportement alimentaire) qui prônent ce point de vue sont Julie Andrieu et Alexia Savey.

INGREDIENTS

1 chou -fleur avec des feuilles

45 grammes de beurre fondu refroidi

2 cuillères à soupe d’huile d’olive

1 citron coupé en quartier, pour le dressage

fleur de sel

LA RECETTE

Couper les feuilles sur le haut du chou fleur pour faire apparaître le sommet de la tête sur environ 5 cm

Porter à ébullition une grande casserole d’eau salée puis y plonger en douceur le chou-fleur la tête la première. Pas d’inquiétude si la base n’est pas complètement immergée.

Faire cuire durant 6 à 8 minutes après la reprise de l’ébullition. Sortir alors le chou fleur avec un écumoire pour le déposer tête en bas dans une passoire où il va égoutter 10 minutes.

Pendant ce temps, préchauffer le four à 180 degrés en position chaleur tournante.

Mélanger le beurre fondu et l’huile d’olive.

Déposer le chou-fleur, tête en l’air, dans un plat. A l’aide d’un pinceau, badigeonner le chou-fleur du mélange beurre/huile d’olive. Saupoudrer d’une cuillère à café de fleur de sel et enfourner pour 45 minutes (à une heure) en arrosant plusieurs fois avec le mélange beurre/huile. En fin de cuisson, le chou-fleur doit être fondant à l’intérieur, bien doré à l’extérieur (tester la cuisson en plantant un couteau dedans). Si le chou-fleur prend trop de couleur, le couvrir avec du papier aluminium (conseillé).

Sortir du four et laisser tiédir 5 minutes avant de détailler le chou-fleur en quartiers et de servir accompagné, par exemple de la sauce verte au sésame ci dessous.

Variations possibles : pour varier les plaisirs, vous pouvez ajouter 15 minutes avant la fin de cuisson, au sommet du chou fleur, des lamelles de beaufort, comté ou emmental, ou bien l’assortir d’une goûteuse béchamel ou enfin d’une sauce Roquefort.

Sauce verte au sésame : mixer au robot 80 grammes de tahin (purée de sésame), 15 grammes de persil hâché, 1 gousse d’ail. Dès que le tahin est devenu vert, ajouter 3 cuillères à soupe de jus de citron, un peu de fleur de sel, et 80 ml d’eau. Mixer jusqu’à consistance d’une crème liquide.

LES BIENFAITS

Tout comme le brocoli et autres variétés de chou, le chou fleur appartient à la famille des légumes crucifères. Il est riche en vitamines, minéraux et en puissants anti-oxydants. Le chou fleur protège la santé cardiaque grâce au sulforaphane qu’il contient, qui améliore la pression artérielle ainsi que le fonctionnement des reins.

Il améliore la santé cérébrale par sa haute teneur en choline et contribue à la fonction cognitive et la mémoire. Il protège de la détérioration liée à l’âge et aux toxines.

Le chou fleur a un effet diurétique et purifiant.

De plus, il est recommandé pour les femmes enceintes car il contient de l’acide folique (vit B9), nutriment nécessaire pour le bon développement du fœtus.

En outre, le chou fleur favorise la digestion grâce à sa haute teneur en fibres et diminue la constipation. Le chou-fleur contient un composé appelé glucoraphanine, qui prend soin de l’estomac et des intestins face aux maladies graves comme le cancer et les ulcères.

Ce dernier composé lui confère un rôle “anti cancer” (sein, prostate, vessie, foie, poumon) tant en prévention qu’en traitement, ainsi que les indoles et les isothiocyanates qu’il renferme.

Enfin, il est bon pour la peau en stimulant la régénération cellulaire. Son grand nombre d’antioxydants inhibe également les dommages causés par les radicaux libres, principaux déclencheurs du vieillissement prématuré.

Le tahini, tahin, tahina, téhina ou tahiné, est une crème de sésame, préparation orientale faite à partir de graines de sésame broyées, avec un peu d’eau, jusqu’à obtenir une pâte lisse. Le tahini est très riche en calcium et en phosphore.

Ecrit avec Amour pour desanorexie.com

Gratin de patates douces, oignons rouges et lait de coco

Ingrédients :

500 g de patates douces

35 g de beurre

20 cl de lait

20 cl de lait de coco

35 g de farine

1 oignon rouge

un peu de fromage râpé

LA RECETTE

Commencer par éplucher et couper en fines lamelles vos patates douces

Emincer l’oignon et le réserver

Précuire dans une eau bouillante salée les lamelles de patates douces pendant 5 minutes

Les égoutter et les réserver de côté

Dans une casserole, faire fondre le beurre et ajouter la farine d’un coup, bien mélanger et ajouter les deux laits, mélanger jusqu’à épaississement de la béchamel coco, rectifier l’assaisonnement

Dans un plat à gratin, alterner les couches de patates douces, et de béchamel en parsemant d’oignons rouges et finir par une couche de fromage

Cuire le tout 45 minutes à 180 °

LES BIENFAITS

La patate douce est un puissant anti oxydant : plus elle est colorée et plus elle en contient ; les anti-oxydants sont plus concentrés dans la peau donc vous pouvez choisir de la garder (dans ce cas choisir des patates douces BIO et privilégier la cuisson vapeur ; pour ce faire vous pouvez utiliser le Vitaliseur de Marion au lieu de la cuisson au four) ; elle aide à la digestion et améliore le système immunitaire et cardio-vasculaire ; elle favorise la production d’hémoglobine et contribue à une bonne santé cardiaque ; elle aide à stabiliser le niveau de glucose dans le sang.

Le lait de coco est efficace pour lutter contre les infections car il contient de l’acide laurique qui une fois métabolisé par le foie possède des vertus antivirales, antifongiques et antibactériennes. L’acide laurique favorise le bon cholestérol au détriment du mauvais. Il contient aussi du magnésium qui aide à lutter contre le stress et, par son effet vasodilatateur, contribue à faire baisser la pression artérielle. Enfin, riche en phosphore, le lait de coco a une action fortifiante sur les os.

Les oignons contiennent des antioxydants et des composés qui combattent l’inflammation, réduisent les triglycérides et réduisent le taux de cholestérol, facteurs qui peuvent tous réduire le risque de maladie cardiaque. En effet, l’oignon rouge contient des flavonoïdes qui favorisent la santé cardiaque. L’acide sulfurique qu’il contient diminue le risque de développer une maladie cardiovasculaire. Les thiosulfinates agissent comme des anticoagulants naturels, aidant à limiter le risque d’accident vasculaire cérébral.

Souvenez-vous : une alimentation saine et décomplexée est un des piliers de votre santé ! Bonne dégustation !

Recette d’été : Carpaccio de daurade à la coriandre et au pamplemousse

Afin de vaincre les troubles du comportement alimentaire, dont l’anorexie, un axe thérapeutique consiste à cuisiner des plats sollicitant de nombreux sens (odorat, vision, toucher, et bien sur goût). Parce que cuisiner maison, en limitant voire en éliminant les plats transformés, conduit probablement sur le bon chemin, celui de la guérison!

Ingrédients (2 personnes)

300 g de dorade Sébaste très fraîche

1 citron vert

1 bouquet de coriandre fraîche

huile d’olive

1 pamplemousse

sel et poivre du moulin

La recette

Hâchez la coriandre fraîche après l’avoir équeutée et faites mariner le tout dans de l’huile d’olive pendant une heure

Retirez les arêtes des filets de daurade et taillez ceux-ci en fines lamelles dans le sens de l’épaisseur.

Ceci fait, réservez-les dans un petit saladier et pressez le citron vert dessus afin de “cuire” légèrement la chair du poisson grâce à l’acidité

Salez et poivrez, puis roulez chaque lamelle de daurade afin de les disposer harmonieusement dans une assiette

Pelez un pamplemousse à vif, prélevez les suprêmes (la chair) et disposez quelques morceaux sur le poisson

Mixez l’huile d’olive avec la coriandre afin de dégager davantage d’arômes et arrosez légèrement votre assiette de coriandre ciselées et le tour est joué!

A déguster très frais !

Carpaccio de daurade coriandre pamplemousse

Les bienfaits

La dorade-sébaste contient beaucoup de protéines de haute valeur (env. 19 g par 100g), environ 4g de graisses par 100g – surtout des graisses non-saturées, favorable au cœur et au système circulatoire – et est une source de vitamine A, propice à la peau, les yeux, la croissance et la résistance.

Le citron vert : de la même famille que le citron jaune, le citron vert est très riche en vitamine C, en fer et en fibres. … Bénéfique pour le bon fonctionnement de l’organisme, le lime est aussi un allié beauté. En favorisant l’activité du foie et un bon transit, il permet d’éliminer les toxines.

La coriandre : cette plante est riche en antioxydants, du fait de la présence d’acides phénoliques et de flavonoïdes. Elle contient aussi de la vitamine K (une vitamine qui concourt à la coagulation sanguine). Anti-inflammatoire, antibactérienneantispasmodique, les effets santé de la coriandre sont variés. Ses vertus digestives sont souvent citées. Elle contribue apparemment à réduire les fermentations liées à la digestion (en absorbant les gaz), ce qui lui donne du même coup un pouvoir contre les migraines

L’huile d’olive composant important du régime méditérannéen ou crétois, a une action de prévention des maladies cardio vasculaires grâce à ces acides gras mono et poly insaturés, aide à lutter contre l’hypertension artérielle ou l’excès de cholestérol. La vitamine E et les polyphénols (ayant des effets antioxydants) qu’elle renferme aide dans la prévention des cancers en limitant le vieillissement cellulaire.

Le pamplemousse regorge de bienfaits santé. Le jus est riche en vitamine C et contient des flavonoïdes. Ces antioxydants très puissants luttent contre le vieillissement prématuré des cellules de l’organisme.

Souvenez-vous : une alimentation saine et décomplexée est un des piliers de votre santé! Bonne dégustation!

PESTO DE FANES DE CAROTTES

Ingrédients (10 personnes)

90 g de fanes de carottes (uniquement les feuilles, sans les tiges)

65 g de poudre d’amande,

65 g de parmesan,

2 gousses d’ail épluchées et dégermées,

130 g d’huile d’olive

Recette

Râper finement le parmesan s’il est en bloc. Nettoyer les fanes de carottes et ne garder que les feuilles, les mixer, et réserver. Ajouter les gousses d’ail dégermées et mixer avec le parmesan. Verser dans un bol et mélanger avec l’huile. Répartir ce délicieux pesto dans des petits pots à placer au frigo. Un régal à l’apéro!

Bonne dégustation! ;))

Les bienfaits

Les fanes de carottes contiennent des sels minéraux naturels, de la chlorophylle, de la glutamine et des vitamines B9 et C. Les fanes sont une source de bien-être et leur action est large : un coup de fatigue, une baisse de régime, vous avez exagéré en produits industriels ? Alors consommez des fanes de carottes qui auront le mérite de faire baisser l’acidité dans votre corps, vous regagnerez du tonus.

Les vitamines B9 et C luttent contre le vieillissement cellulaire. La vitamine B9 a un rôle important dans la formation des globules rouges, le fonctionnement du système nerveux et celui du système immunitaire (cette vitamine est particulièrement importante pendant des périodes clés que sont l’enfance, l’adolescence et la grossesse). La glutamine aide à la guérison des aphtes (vous pouvez utiliser dans cet objectif les fanes de carottes en infusion).

L’amande est vraiment un aliment santé par excellence, en plus d’être délicieuse et accomodable dans de nombreux plats. Elle protège des maladies cardiovasculaires ; elle est riche en magnésium aidant à la relaxation musculaire et à la protection du système nerveux central (magnésium utile notamment lors de dépression) ; elle aide à limiter la surcharge graisseuse du foie. Riche en antioxydants, elle permet de lutter contre le vieillissement et aide à la prévention de certains cancers (du colon, grâce aux fibres qu’elle contient), de maladies dégénératives (parkinson). Elle aide au renforcement des fonctions cognitives car elle contient de la vitamine E, riboflavine et L carnitine, excellentes pour le bon fonctionnement du cerveau. Enfin l’amande permet de lutter contre le diabète.

Le parmesan contient de la glutamine, un “calmant” des voies nerveuses et de la tyrosine utile lors d’anxiété ou de dépression.

Les effets bénéfiques de l’ail sont vantés depuis des décennies : antimicrobien, antioxydant, bon pour le système immunitaire, pour la tension et pour le cholestérol, rien que ça!!! C’est sans un aucun doute un super-aliment pour la santé ; ces effets sont majorés s’il est consommé cru.

Enfin, l’huile d’olive composant important du régime méditérannéen ou crétois, a une action de prévention des maladies cardio vasculaires grâce à ces acides gras mono et poly insaturés, aide à lutter contre l’hypertension artérielle ou l’excès de cholestérol. La vitamine E et les polyphénols (ayant des effets antioxydants) qu’elle renferme aide dans la prévention des cancers en limitant le vieillissement cellulaire.

Souvenez- vous : une alimentation saine et décomplexée est un des piliers de votre santé ! Bonne dégustation !

Salade au pamplemousse et fenouil, le plaisir des papilles

INGREDIENTS (4 PERSONNES)

3 pamplemousses

2 bulbes de fenouil

50 d’amandes effilées (remplaçable par graines de tournesol, de sésame…)

1 petite gousse d’ail hachée finement

1 cuillère à soupe de vinaigre de Xérès

1 cuillère à soupe de miel

1 cuillère à soupe d’huile d’olive vierge extra

sel

1 fromage de chèvre frais

LA RECETTE

Couper les extrémités de deux pamplemousses et posez les à plat sur une planche. Avec un couteau bien aiguisé, coupez l’écorce jusqu’à la pulpe en faisant glisser la lame de haut en bas en suivant le courbure du pamplemousse. Incisez de chaque côté des membranes pour extraire les suprêmes. Pressez le jus du dernier pamplemousse. Lavez les fenouils et coupez-les en deux dans la longueur. Ôtez les trognons et taillez le fenouil en fines lamelles. Pour faire la vinaigrette, mélanger le jus de pamplemousse, le vinaigre de xérès, le miel, le sel, et l’huile d’olive. Pour finir, faites dorer les amandes dans une poêle antiadhésive. Répartissez le fenouil, le pamplemousse et le fromage de chèvre taillé dans un plat creux et arrosez de vinaigrette. Parsemez d’amandes effilées ou des graines de sésame.

Salade fenouil pamplemousse parmesan

Le jour où j’ai effectué cette recette, je manquais de chèvre, remplacé au vol par du parmesan! Savoureux!

LES VERTUS

Le fenouil est reconnu pour traiter les troubles digestifs. Il permet entre autre de lutter contre la dyspepsie, les flatulences, le manque d’appétit ou l’aérophagie et de stimuler les muscles du côlon.

Le pamplemousse regorge de bienfaits santé. Le jus est riche en vitamine C et contient des flavonoïdes. Ces antioxydants très puissants luttent contre le vieillissement prématuré des cellules de l’organisme.

L’amande est un fruit à coque que l’on connaît tous et que l’on adore grignoter de temps en temps. C’est un fruit riche en fibres, en vitamines, en graisses mono-insaturées, en protéines, en magnésium, en potassium…

Souvenez vous : une alimentation saine et décomplexée est un des piliers de votre santé! Bonne dégustation!

Amélie Nothomb a souffert d’anorexie

https://youtu.be/nchi3gsmlew

Les débuts de la maladie

Dès l’âge de 13 ans et demi, Amélie Nothomb a souffert d’un trouble du comportement alimentaire, l’anorexie mentale. Celle ci fut dramatique. Elle avait décidé de ne plus jamais manger et s’est tenue à ce principe ; si bien, qu’au bout de deux ans, elle mesurait 1.70 mètre et pesait 32 kg!

La prise de conscience du risque mortel

A 15 ans et demi, elle a compris qu’elle risquait de mourir. Elle ne voulait pas mourir ! Elle voulait juste être la plus maigre du monde ! Elle avait malheureusement, au cours de ces deux dernières années, intégré la nourriture comme un démon, un diable.

Ses déclics et actes thérapeutiques
quand le corps force l’obéissance de l’âme

A 16 ans, en plein été alors qu’il faisait chaud, elle vécut comme une séparation corps et âme : son corps alla se nourrir en pleine nuit alors que son âme ne voulait pas! Son âme était en guerre complète contre son corps. Mais son corps, à ce moment l’a sauvée!

l’écriture-thérapie

A 17 ans , elle a commencé à écrire, sans ambition particulière d’écrivain : elle a commencé à écrire un roman, son premier roman, travail difficile, effectué sur deux ans d’efforts intenses. Elle ignorait encore que cette écriture fut thérapeutique puisque peu à peu, le corps et l’âme semblaient se ressouder, se réconcilier.

Elle allait de mieux en mieux suite à ce travail d’écriture, qui se révéla être un travail de suture du corps et de l’âme ; elle restait malade : pour elle, manger n’était pas naturel, était compulsif mais l’anorexie était en voie de résolution.

Elle explique aussi ici comment l’écriture et l’exil au Japon l’ont sauvé de l’anorexie.

l’exil

A 21 ans, elle partit à l’autre bout du monde :  de la Belgique, elle s’exila au japon, son pays natal. Le fait de de recommencer sa vie ailleurs lui procura un sentiment de nouvelle vie et de nouvelle identité qui a solutionné ses TCA.  Elle écrit toujours, aux premières lueurs de l’aube, 4 h par jour au minimum, intensément. Elle réalise alors qu’elle possède un corps qui fonctionne, qui peut produire, qui peut aimer, qui peut marcher en montagne … Elle livre son message dans ce témoignage : guérir de l’anorexie et d’autres troubles du comportement alimentaire est possible !

Elle se décrit toujours comme quelqu’un qui mange “bizarrement”, mais peu importe, elle mange avec plaisir et l’alimentation n’est plus un problème pour elle !

https://youtu.be/nchi3gsmlew

Que retenir de ce témoignage?

Authentique, sincère et sans fioritures, Amélie évoque cette décision abrupte d’arrêter de manger à l’âge de 13 ans. Cela va sans dire que de la pensée volontaire au passage à l’acte (celui de cesser de s’alimenter), s’insinue la maladie, avec  surtout, au départ un ou des traumatismes dont un qui semble majeur : le viol. L’article paru dans E-santé.fr met le doigt sur cette circonstance majeure et dramatique. D’autres facteurs retrouvés dans la maladie anorexique sont la précocité,  renforcée par un nomadisme culturel (d’origine belge, elle vit ses première années au Japon, suit ses parents en Chine, puis revient en Belgique à 17 ans, repart au Japon a 21 ans), la séparation d’avec sa gouvernante japonaise qu’elle considère comme une seconde mère, qui constitue pour elle un déracinement.

Amélie Nothomb évoque un jour la décision d’arrêter de manger ; pour certaines personnes, cela part de quelque chose de conscient, avec une “décision” à la clé, mais pour d’autres cela peut être un engrenage parfaitement inconscient : ces dernières découvrent un jour, lorsque le corps est trop affaibli, souvent avec stupeur, qu’elles souffrent d’anorexie mentale. Et entre ces deux extrêmes, il y a toute la palette intermédiaire de personnes avec des mécanismes plus ou moins conscients.

L’anorexie, qui faut-il le rappeler, est un trouble du comportement alimentaire reconnu et pouvant évoluer vers une maladie grave, peut atteindre n’importe qui, quelle que soit sa catégorie socio- professionnelle, sa nationalité, sa culture : elle peut arriver à des écrivains comme elle, des acteurs, des infirmières, des médecins (voir ici aussi), des psychologues, des danseurs, …

sac à idées pour vivre des fêtes de fin d’année plus sereinement lorsque l’on souffre de TCA

De nombreuses personnes s’interrogent et s’angoissent à l’approche des fêtes de fin d’année.

Elles apprécieraient avoir quelques informations qui pourraient les aider à vivre ce moment plus sereinement.

Ainsi, je me suis penchée sur ce sujet et vous livre quelques pistes de réflexion, en espérant que cela suscite chez vous qui souffrez de TCA des réflexions qui vous aident à avancer, à combattre vos démons, et peut être effectuer quelques pas de plus pour cheminer vers la guérison.

 

Tout d’abord, quelles questions vous posez vous?

Je vais devoir manger de tout en présence de ma famille, d’amis, cela m’angoisse, vais je y arriver?

Ou bien, je pense que je ne vais pas y parvenir, comment trouver un moyen de dissimuler mon problème?

J’appréhende les commentaires et jugements de mes proches, sur mon comportement alimentaire, sur mon apparence physique, voire même simplement sur mes idées?

Quels mets les plus hypocaloriques choisir?

Comment gérer les éventuelles douleurs digestives si je mange plus que ce dont j’ai l’habitude?

Et certainement moulte questions auxquelles je n’ai pas pensé…

 

Les réponses, vos réponses se trouvent dans les pistes de réflexion suivantes :

-quels SENS, quelles significations ont pour vous les fêtes de fin d’année?

-aimez vous les fêtes de fin d’année ou pas? pourquoi?

-Comment viviez vous les fêtes de fin d’année lorsque vous étiez plus jeune?

-Que feriez vous vous même pour aider une personne que vous aimez à vivre ce moment supposé festif dans les meilleurs conditions possibles ?

 

Il y a autant de réponses possibles que de personnes ! et les réponses se trouvent en chacun de vous… banalités me direz vous, et pourtant, cela vaut le coût que chacun y réfléchisse attentivement. Prenez un bloc notes et répondez précisément à toutes ces questions pendant une dizaine de minutes, cela vous aidera probablement.

 

Voici donc quelques idées :

Premièrement, l’esprit de communion, de partage

Que vous soyez croyant ou athée, l’esprit qui devrait se dégager systématiquement de ces retrouvailles est le partage, le fait de vivre un moment de communion, de rassemblement. Il est vrai que notre société de consommation galopante a, en grande partie, phagocyté la simplicité et  le minimalisme qui devraient être de rigueur. Ainsi certaines en auront l’appétit coupé juste à la vision de ces tables “orgiaques” , quand d’autres iront vomir l’abondance (qu’ils auront accepté par bienséance) en un coin plus reculé. Misez sur le plaisir des retrouvailles, des moments partagés, de ce que vous avez à offrir, sans focaliser sur le côté pantagruélique du repas.

 

 

Je disais donc simplicité :

Et si la simplicité commençait tout bonnement, dans notre comportement, à goûter un peu de tout (sauf vraiment les aliments exécrés : sur le plan émotionnel, cela s’appelle le dégoût et fait intervenir des zones du cerveau dont vous ne pouvez prendre le contrôle ! alors autant respecter votre corps tout de même), en quantité supposée physiologiquement acceptable (par le corps et l’esprit!), soit une demi paume à une paume de main selon votre appétit et le nombre de plats proposés  ; bien entendu, s’il y a trois entrées, deux plats de résistance, avec trou normand au milieu et chariot de desserts, il semble acceptable de ne prendre qu’un quart ou une demi paume de main en terme de quantité ; cela dit, ce type de repas doit bien durer 3 ou 4 heures, cela vous laisse le temps de digérer.

Ne vous forcez pas à terminer coûte que coûte la dinde ultra sèche de tante Simone  au risque d’ être dégoûté(e) à mi repas pour la journée entière. Ecoutez vous un peu aussi (votre instinct profond, avant la maladie, quel était il ?), il est probablement possible de trouver une demi mesure entre tout (prendre de tout trois fois pour faire plaisir aux autres et/ou obéir à votre pulsion boulimique puis tout rejeter ensuite) et rien ou quasi rien si le côté restrictif prend le dessus.

 

Et si l’on disait aussi dégustation ?

Ceci implique en petite quantité, mais aussi pleine conscience, en sachant apprécier le raffinement. Pendant le repas de Noël ou du nouvel An, il ne sera pas question de souvenir (voir la Madeleine de Proust) mais de vivre pleinement l’instant afin peut être de se forger des souvenirs mémorables, et qui sait, agréables : en lisant cette description, ne pensez vous pas que l’instant vécu était intense, plein, concentré ? Le sens du détail est tel qu’il ne peut que l’être! Eh oui, manger en pleine conscience fait partie des 3 axes de recherches actuels pour la gestion thérapeutique de l’anorexie et des TCA. Lors de la dégustation, mettez en action tous vos autres sens (autres que le goût), et appréciez le raffinement de la table de fêtes, de la délicate frise qui ceinture le rebord de votre assiette en porcelaine, de la tenue élégante de votre cousine, du soin que vous avez vous même apporté à votre tenue (d’abord pour vous et en accord avec vos goûts, ensuite pour ceux que vous appréciez).

 

Ensuite, je mentionnerai l’oubli

Oubliée la balance, une fois pour toute sauf pour votre suivi médical par l’équipe soignante, ET oubliez le comptage des calories! Je ne vous donnerai pas de recette pour prendre ce qu’il y a de moins calorique car cela ne serait pas en accord avec ce que je pense. Je ne jugerai pas toutefois que vous le fassiez, puisque cela fait partie de la maladie ; mais on est là pour réfléchir aux moyens de profiter, de lâcher prise, de communier, et non de calculer, de dissimuler, de faire semblant.

 

Une petite parapharmacie de soutien

Sauf contre indication par votre médecin, il est souvent possible d’avoir recours au :

-Charbon activé pour pour soulager les flatulences, les gaz intestinaux, les ballonnements, l’aérophagie, la mauvaise haleine, la diarrhée, la gastro-entérite.  A ne pas prendre en même temps que vos autres médicaments.

-Spasfon Lyoc en cas de douleurs digestives,

-Citrate de Bétaïne lorsqu’on en a “gros” sur le foie car il favorise le métabolisme hépatique : en somme, lorsque l’on éprouve des difficultés à digérer parce que l’on a ingéré plus que notre habituelle quantité, et/ou bien si les aliments sont plus riches qualitativement.

Eviter de boire de l’alcool surtout si vous prenez d’autres médicaments (anti dépresseurs entre autres).

Mastiquez lentement en savourant lors d’un exercice de pleine conscience, cela vous aidera à digérer.

 

 

 

Et si Noël, c’était votre Natalis?

Je fais référence ainsi à une nouvelle naissance,  une renaissance, une naissance de vous même sans la maladie ; cela ne pourrait s’accomplir en un jour, mais si c’était ou si c’est votre voeu, votre souhait le plus cher, pourriez vous vous donner comme ultime objectif de faire de ce jour le début du pèlerinage vers une vie sans TCA et vous y atteler sans relâche? Ce serait la meilleure promesse, le plus beau cadeau que vous pourriez vous faire.

Ce n’est pas si simple, me direz vous ; j’en ai pleinement conscience, j’ai accompagné la chair de ma chair dans la lutte contre l’anorexie et j’aurai tout donné pour la lui prendre cette maladie (y compris ma propre vie), mais jamais oh grand jamais je n’ai abandonné. Et le combat continue au quotidien. Tous les jours un pas de plus, même en descente (il faudra que le dénivelé soit toujours positif au terme de votre combat!), même quand c’est dur : patience et longueur de temps font plus que force ni que rage. Et pour finir, soyez bienveillant et clément avec vous, comme vous le seriez avec la personne que vous chérissez le plus.

 

Je vous souhaite de joyeuses fêtes de fin d’année,  et vous invite à partager dans les commentaires vos astuces afin que tout le monde en profite. ZEN